Avez-vous déjà pensé un.e ami.e et voilà que votre téléphone sonne et que cette personne vous appelle (variante vous recevez un message, mail…) ?
Vous êtes-vous entendu fredonner l’une de vos chansons préférées et paf, la voilà qui passe à la radio ?
Avez-vous déjà eu des espèces de prémonitions, de déjà vu ?
Vous êtes-vous déjà écrié.e dans une situation que c’était un incroyable hasard?

Si vous avez répondu oui à au moins une de ces questions, alors vous avez déjà expérimenté une synchronicité, un de ces moments où le hasard s’est arrangé pour bien faire les choses.

Le terme est un peu à la mode en ce moment, est-ce parce que mon esprit est plus attiré par des exemples de synchronicité que j’en découvre plus chaque jour? Certainement. Mais qu’est-ce qu’une synchronicité?

Science et croyance

Ce concept tire ses lettres de noblesse de la psychologie analytique jungienne (je sais encore, mais vous l’apprendrez bien vite, je ne jure que par Jung ou presque !). Bien que Jung ait été de formation scientifique, sa pensée s’inspire de courants spirituels, philosophiques et ésotériques. La synchronicité n’est donc pas une théorie scientifique mais une croyance. Néanmoins de nombreux scientifiques se sont penchés sur la question. Jung avait d’ailleurs lui-même entrepris de rechercher une validité scientifique à ce concept en travaillant avec W. Pauli, un physicien spécialisé dans les phénomènes acausaux à l’échelle subatomiques (W. Pauli a reçu le prix Nobel de physique en 1945… oui, oui rien que ça!)

Pour Jung, une synchronicité est la survenance de deux évènements indépendants et sans lien de cause à effet. Le premier évènement se passe dans la conscience de l’individu et le second se manifeste dans la réalité extérieure. J’emploie volontairement extérieure, car pour Jung la réalité est autant intérieure qu’extérieure. Pour toute personne autre que la personne ayant vécu le premier évènement, le second évènement n’a aucune signification. Par contre pour la personne l’ayant déjà réalisé dans sa psyché, ce second évènement est vécu comme un signe porteur de sens. Une coïncidence qui n’en est pas une. Au-delà de la simple survenance d’un évènement, c’est le sens qu’on donne à cet évènement qui lui octroie le statut de synchronicité.  

Synchronicité antique

Depuis l’antiquité, les synchronicités existent, elles portaient simplement un autre nom : des présages. Et les fameux oracles reposaient en fait sur les interprétations de synchronicité. Ainsi l’Antiquité a été fortement influencée par la lecture subjective d’évènements. Et c’est usage n’a pas seulement été réservé à notre civilisation, les chinois considèrent le hasard comme l’écho des choses. Nous n’avons donc pas le privilège du hasard porteur de sens.

Donc quand nous parlons d’incroyable hasard ou de signe du destin, nous parlons en fait de synchronicité. Alors tout cela est bien joli, mais en quoi ces synchronicités ont-elles du pouvoir ?

Je tire les cartes du tarot et d’autres oracles depuis quelques années maintenant, et qu’est-ce qu’un tirage de cartes si ce n’est qu’une synchronicité que l’on provoque. En interrogeant les cartes, nous provoquons un évènement au hasard et nous lui donnons ensuite du sens en lien avec notre vécu et la situation que nous traversons. Que ce soit pour un tirage plus introspectif ou projectif que pour un tirage divinatoire, le mécanisme reste le même.

Ainsi un même tirage de cartes aura une signification différente (dans l’approche introspective) en fonction du consultant, de son état d’esprit et de ce qui l’amène à consulter. Prenons la carte de l’Amoureux au tarot de Marseille, oui elle symbolise l’amour et le domaine des sentiments.  Mais pas seulement,  elle caractérise aussi le choix que l’homme fait dans sa vie, choix faits en conscience ou choix subit, choix raisonnés ou passionnés. Ainsi c’est donc le consultant qui, dans un tirage de carte aura le fin mot de l’histoire, puisqu’après tout c’est de son histoire dont nous parlons.

C’est en cela que je considère le pouvoir des synchronicités. Une carte prise au hasard dans un contexte insignifiant, ne sera qu’une jolie carte. Mais quand elle se relie à une interrogation, à une demande, à une intention, elle prend une toute autre valeur et signification.

Se souvenir du futur

J’ai eu la chance il y a quelques temps de suivre le séminaire de Romuald Leterrier « Se souvenir de son futur ». J’avoue, j’y étais allée en étant un peu perplexe, ne sachant pas très bien à quelle sauce nous allions être mangés. Parce que, soyons honnêtes, on trouve tout et son contraire en manière de développement personnel et spirituel. Faire preuve de discernement n’est pas toujours aisé. Bref. Revenons en à ce séminaire. En fait, R. Leterrier et ses deux co-animatrices proposent une utilisation assez novatrice des cartes. Enfin quand je dis novatrice, je mens un peu, leur utilisation est veille de milliers d’années mais nous avons oublié cette pratique séculaire.

Concrètement, les cartes sont utilisées de la même manière que les Grecs anciens utilisaient les oracles ou que les chinois tirent le yi-King (quand je vous disais que nous n’avions pas l’apanage des synchronicités !). L’idée est simple : avoir une intention, un objectif, vouloir que quelque chose se réalise et tirer un ou deux cartes d’un oracle. Ici s’arrête la similitude avec le tirage de carte classique, car si en consultation « traditionnelle» nous allons chercher à donner sens au tirage. Avec l’approche de rétrocausalité de R. Letrrier, nous allons simplement observer les images des cartes et attendre que, dans un délai défini, elles se manifestent sous quelque forme que ce soit dans notre réalité extérieure. En se manifestant, elles apporteront donc la confirmation que ce que nous avons souhaité se réalise, ou pas. Je sais que cela peut paraître incroyable mais en ce qui me concerne, cela a fonctionné ! Et plutôt bien même, j’en étais la première sidérée. Depuis je me dis que je pourrais créer mon propre oracle, celui que je n’utiliserai que pour moi … c’est en projet, je compte le faire en photocollage … un jour qui sait vous aurez la chance de mes cartes voir finies ! Si vous avez envie d’en savoir plus, je vous invite à lire son livre « Se souvenir du futur », à défaut de suivre un atelier!

 

D’ici là dites-moi quelle genre de synchronicité rencontrez-vous le plus souvent ? Et avez-vous déjà utilisé pour provoquer des synchronicités comme le propose R. Leterrier ? 
Et si vous avez envie d’essayer un tirage de synchronicité, suivez-moi sur instagram, je vous propose régulièrement des tirages… à vous de choisir votre intention (parce que là, ca ne dépend que de vous 🙂